Henri TARTRAT

Capitaine à la 5e cie,  il est grièvement blessé le 25 septembre 1915 à Ville-sur-Tourbe lors de la deuxième bataille de Champagne. Il décédera 2 jours plus tard des suites de ses blessures à l’ambulance n°1 de la 151e Division établie à Chaudfontaine (Marne).

Il a été cité à l’ordre de l’Armée en ces termes :  » Très grièvement blessé à la tête de sa troupe qu’il avait brillamment enlevée, est resté sur le terrain pendant douze heures et a fait preuve d’une énerge extrême en se traînant dans nos lignes à la faveur de la nuit » 

Le capitaine Henri Tartrat était le fils du général de division Tartrat.

(source : gallica.bnf.fr – extrait du journal officiel du Ministère de la guerre – année 1918)

Dans le secteur des Cavaliers de Courcy (2)

Le 403e va séjourner dans ce secteur jusqu’au 12 juin. Jours après jours, il subira bombardements, tirs de harcèlement ou coups de mains de la part des Allemands. Allemands qui, à l’occasion d’une ou l’autre contre-attaques réussiront parfois à pénétrer les lignes mais dont il sera aussitôt délogé, notamment à coups de combat de grenades.

Le 11 juin, c’est au cours d’une de ces contre-attaques qu’une section avancée de la 10e cie au lieu dit « L’arbre isolé », verra un de ses sergents et quatre de ses hommes fait prisonniers.

12 juin
Le régiment est relevé par le 410e R.I. et va cantonner au Sud de Reims.
– Le 1er bataillon à Bezannes (réserve de Division)
– Le 2ème bataillon à Villers-aux-Noeuds (réserve de Corps d’Armée)
– Le 3ème bataillon ainsi que l’EM. et la C.H.R cantonnent quant à eux à Champfleury.

EM (Etat-major) – C.H.R (Compagnie Hors Rang)

13 juin

Le régiment est mis au repos mais à partir du 15, après reconnaissance de champs d’exercices aux abords des cantonnements, suivant un programme établie par le colonel commandant le régiment, on procéder jusqu’au 24 à des exercices journaliers mais aussi à des jeux.

25-26-27 juin

Le 25 le régiment se prépare à un nouveau déplacement. Le 26 il rejoint ses nouveaux cantonnements, toujours au Sud de Reims à Villers-Allerand pour le 1er Bataillon – Sermiers pour les 2e et 3e Bataillons ainsi que pour l’E.M et la C.H.R.

Le 27 à 3h le régiment reprend sa marche pour rejoindre Monthelon (1er Bataillon), Moislin (2e Bataillon) – Cuis pour le 3e Bataillon,  l’E.M et la C.H.R.

28 juin 

Le régiment est mis au repos complet

29 juin au 4 juillet

Les bataillons reprennent leur instruction. Cependant, selon les voeux du colonel, le journal de marche du régiment note que les jeux tiennent une très grande place dans l’emploi du temps.

5-6 juillet

Le 5 on se prépare à un autre déplacement et le 6 le régiment embarque à Epernay. Il quitte le secteur de Reims pour se diriger vers l’Oise.

 

Dans le secteur des Cavaliers de Courcy (1)

La relève s’est terminée le 28 avril à 2h du matin. La 1ère ligne (établie après les dernières attaques) est seulement ébauchée et il n’y pas d’abri. Immédiatement les liaisons sont établies avec le 410e et, à l’Est, avec la 7e cie du 1er Régiment Léger.

La 2e ligne ainsi que les boyaux – ligne et boyaux pris aux Allemands- est totalement bouleversée. Il est impossible de s’y déplacer de jour. Elle est encombrée de débris d’équipements, de munitions, d’armes ainsi que de cadavres de soldats russes et allemands. Durant la journée violent bombardement sur cette 2e ligne.

A 18h30 c’est l’artillerie française qui déclenche un bombardement intense sur les secteurs de Courcy et Cavaliers de Courcy. Une attaque français est opérée dans ces deux secteurs. Le 1er régiment Léger , qui se trouve à la droite du 403e enlève rapidement un blockhaus et une partie de la voie ferrée qui n’avaient pas pu être pris lors de l’attaque du 16. Deux cent prisonniers sont faits dans les rangs ennemis.

Mais à 21h les Allemands contre-attaquent sur les points qui viennent d’être conquis. Devant le nombre, la section de droite de la cie Pirion – section commandée par le s/Lieutenant Fillion (1) – prête un sérieux coup de main au 1er Léger dans le blockhaus qu’il occupe en lui envoyant une équipe de fusils mitrailleurs. Grâce à quoi la contre attaque est repoussée.

29 avril

Nouvelle contre attaque allemande. A l’aide de 3 passerelles les Allemands essayent de franchir le canal face à la cie Pirion ; mais ils échouent et font retraite en laissant dans le canal plusieurs tués et blessés.

Durant cette journée, les boyaux et tranchées seront constamment bombardés. A 21h, alerte aux gaz. L’ennemi envoient des obus toxiques. Le bombardement continuera le 30 avril (obus de 105 et 150, ainsi que des obus toxiques)

1er mai

L’artillerie française se montre très active sur les secteurs de Courcy, Brimont, Bourgogne, Fresnes avec des bombardement de forts calibres auxquels les Allemands ne riposteront que faiblement.

Le régiment est relevé le 3 mai et mis au repos du 6 au 9 mai.

Durant sa période de repos la ville de Reims ainsi que les caves occupées par le régiment seront bombardés.

Du 24 avril au 9 mai, le régiment a 9 hommes tués et 47 blessés parmi lesquels le /Lt Coquard.

———-

(1) Le s/Lt Fillion sera tué le 3 août 1917  à l’ouest d’Hurtebise. Il repose en la nécropole nationale de Craonelle.