Vers le secteur « Cavaliers de Courcy »

Le régiment est mis au repos entre du 24 au 26 avril à Reims où ils cantonnent dans les caves de champagne suivantes :

  • Le Lt Colonel, l’état-major et la compagnie hors rang caves Mumm (32, rue du Champs de Mars)
  • 1er bataillon : Caves Heidsieck (rue de Bétheny)
  • 2e bataillon : Caves Mumm (Bd Lundy)
  • 3e bataillon : Caves Roederer (rue de Savage)

Dans la soirée (1) le chef de bataillon Lorillot est prévenu par le Lt Colonel Collet que le 1er bataillon relèvera, dans la nuit du 27 au 28 avril et dans le s/secteur Ouest des Cavaliers de Courcy,  le 2e bataillon du 125e R.I.

2 compagnies et 1 compagnie de mitrailleuses assureront cette relève. La 3e cie du bataillon restant dans ses cantonnements (Heidsieck)

Le 27 avril à 4heures, le chef du 1er bataillon va reconnaître son secteur. Il est accompagné de 2 capitaines et du cdt de la 1ère cie de mitrailleuses. Ce secteur est limité à l’Ouest par le boyau Marros et à l’Est par la Grande Kukullo.

Courcy

Les premiers éléments du bataillon quitte les caves Heidsieck à 20h et malgré l’intense activité de l’artillerie allemande, la relève se fait sans incidents.


(1) du 26 avril ?


 

Au soir du 16 avril 1917…et les jours qui suivent

 

situation front betheny

La nuit du 16 au 17 avril le calme a été relatif…

17 avril 

A 5h30 les Allemands lancent une nouvelle et violente contre attaque. Celle-ci est précédée d’un véritable « pilonnage » du saillant. Mais le terrain conquis la veille est conservé.

La 7e cie se porte sur le saillant tandis que les 9e et 11e cies vont en réserve. Les 5e et 7e cie occupent respectivement le côté droit et le côté gauche de la tranchée Stendhal. Tandis que le 2e cie de mitrailleuses relève la 3e. La matinée sera relativement calme.

A 14h, le s/Lt Brière cherche a entrer en liaison avec le régiment de gauche. Il progresse dans la tranchée Stendhal avec les grenadiers et rejoint enfin le 410e à la voie ferrée. Tranchée qu’il occupe entre la route et la voie ferrée jusqu’à la relevé par le 410e. Quant au point 12.50, dont il était question dans le rapport de l’attaque, il est repris.

18 avril 

Un boyau de liaison, défensivement organisé face à l’Est, a créé entre les anciennes premières lignes et le saillant de Neufchâtel. Ce dernier est plus particulièrement l’objet du bombardement systématique sur tout le secteur occupé par le 403e.

On signale, au Sud-Ouest du Bois de la Garenne, des renforts allemands mais qui seront pris sous le feu de l’artillerie. En début de soirée l’ennemi tente, avec une quinzaines d’hommes, d’attaquer le point dit « 13.50 » mais il est pris sous le feu des mitrailleuses.

Les 19 et 20 avril

Le bombardement du secteur continue et, aux barrages établis par le 403e, on se bat à la grenade.

21 avril 

A la pointe du jour (4h30) nouvelle attaque allemande sur le Saillant de Neufchâtel. Le régiment qui occupait, à gauche, la tranchée Stendhal doit (entre la route et la voie ferrée) momentanément l’évacuer. Au barrage établi dans la tranchée Heidenbourg, l’ennemi reprend pied mais il est repris par dans la contre attaque du régiment.

Entre la route et la voie ferrée, une attaque à la grenade lui permet également de rétablir, à 10h40, la liaison avec le 410. Durant l’attaque les troupes se sont emparées d’un fusil mitrailleur allemand et ont fait prisonniers 5  blessés.

22 avril

La journée est décrite comme plutôt calme et  le bombardement du secteur est moins intense. C’est l’heure de la relève pour le 403e qui est remplacé dans ses secteurs par le 293e R.I.

Selon le JMO, les pertes subies par le régiment entre le 7 et le 22 avril 1917 dans le secteur de Bétheny-voie ferrée de Laon, s’élèvent à :

  • Tués : 1 officier (s/Lt Bruno) et 83 hommes
  • Blessés : 7 officiers (Lt Charbonnot – s/Lts Boinart, Martin, Cuny, Pietry, Aubry, Pimont) ainsi que 324 hommes
  • Disparus : 29 hommes.

A noter que le même jour, le s/Lt Collet du 158e R.I. prend le commandement du 403e en remplacement du colonel Roland-Cadet appelé à la direction de l’infanterie de la 11e Division

 

 

 

 

 

16 avril 1917 – Attaque de la Ve Armée

Dans les jours qui ont précédé cette attaque, le JMO rapporte une grande nervosité dans le chef des Allemands. Les premières lignes occupées par le régiment subissent de violents bombardements. En particulier à la pointe du jour et à la tombée de la nuit.

Chaque matin, elles sont survolées par un avion ennemi qui, quand il constate que les tranchées de départ ne sont pas occupées, disparaît. Les bombardements se font alors moins violents. Le 14 avril les boyaux d’accès du secteur font l’objet d’un bombardement d’obus lacrymogènes et toxiques. Notamment sur la redoute Frémont.

Betheny 2

L’attaque du 16 avril est lancée par la Ve Armée entre Reims et Hurtebise. La mission de la 151e division, à laquelle appartient le 403, est d’enlever les Cavaliers de Courcy et le Saillant de la route de Neufchâtel et d’atteindre, en soirée, le front Tranchée de Stendhal – voie ferrée de Laon jusqu’au passage à niveau 04/71.

C’est le 410e qui s’occupe du secteur des Cavaliers de Courcy tandis que le 403 s’occupe du Saillant de la route de Neufchâtel.

Pour la bonne compréhension de cette attaque, je me réfère aux extraits du J.M.O  :


La mission du régiment est

  1. d’appuyer l’attaque du 410 et de la couvrir sur son flanc droit en attaquant le Saillant de la route de Neufchâtel avec 3 cies (dont une de mitrailleuses) et du 3e bataillon. L’objectif a atteindre est la tranchée de Stendhal à l’Est de la route de Neufchâtel. Cette route limite à l’Ouest la zone d’action du régiment.
  2. de maintenir l’intégrité du front V.F.4 (voir carte) et Bétheny avec la 3e cie du bataillon qui attaque et le bataillon de Bétheny (1er bat). Le 2e bataillon du 403 est en réserve à la disposition du Général Cdt l’I.D.

Exécution de l’attaque

  • Le dispositif d’attaque est pris à 5h30 – Les 2 cies d’infanterie se placent face à leurs objectifs dans l’avancée de Neufchâtel, la 11e à gauche et la 9e à droite. Le capitaine adjudant major Beaupuis a le commandement de l’attaque.
  • L’attaque se déclenche à 6 heures au moment exact où l’artillerie d’accompagnement se déclenche sur la 1ère ligne du Saillant.
  • Les vagues d’assaut abordent cette ligne d’un seul élan et conquiert en vingt minutes tout le Saillant à l’Est de la route, jusqu’à la tranchée Stendhal incluse en faisant un grand nombre de prisonniers. Il y a eu surprise et nos pertes sont très légères à ce moment.
  • Quelques instants après l’occupation de Stendhal, une contre attaque ennemie déborde de la tranchée Gransée et est facilement repoussée. On procède immédiatement à l’organisation de la position conquise et on établit des barrages aux deux extrémités de Stendhal et dans tous les boyaux qui y aboutissent.
  • La réaction de l’artillerie allemande se fait sentir à 6h40. Les tranchées du Saillant sont violemment bombardées et complètement bouleversées au bout de quelques instants. 
  • Des contre attaques nombreuses et violentes ont lieu dans le courant de la matinée. Nous perdons des barrages qui sont repris presque immédiatement par nos contre attaques. Mais dans cette lutte à la grenade nos pertes deviennent sensibles et le capitaine Beaupuis demande du renfort/.
  • A 11h15, à l’arrivée d’un peloton de la 6e cie, la situation devient plus favorable.
  • De 13h à 13h50, légère accalmie. Puis les contre attaques reprennent et le 2e peloton de la 6e cie est amené dans le saillant à 16 heures.
  • A partir de 17h40, les contre attaques redoublent de violence, en particulier sur le secteur de droite (9e cie).
  • 19h20 – Violent bombardement sur tout le saillant puis attaque des Allemands en nombre par la plaine et par les boyaux sur tout le front de la cie de droite. – Projection de liquide enflammées. Nous perdons un instant la tranchée de Stendhal entre Heidenburg et la 1ère ligne allemande ; mais nous la reprenons presque totalement à l’arrivée de la 5e cie dans le saillant. 

Situation à 23 heures

  • Tout l’objectif du régiment a été atteint et conservé sauf le point 12.50 – L’ennemi n’a pas lancé moins de 17 contre attaques dont quelques-unes très violentes et avec projection de liquides enflammés.
  • Pendant toute la journée le détachement Beaupuis est resté isolé dans le saillant contre attaqué de tous les côtés. La liaison avec le 410e n’a pu être établie, ce régiment n’ayant pu conquérir les tranchées allemandes entre la voie ferrée et la route.
  • Près de 200 prisonniers ont été faits par le détachement d’attaque.