Joseph, Ernest BEAUFILS

Joseph est né le 22 octobre 1884 à Hautôt-le-Vatois (Seine-Maritime). Au moment de son service militaire, il exerçait le métier de domestique. Dirigé vers le 160e RI en octobre 1905, il aurait été dispensé de service en tant qu’aîné de 8 enfants.

Ce qui est certain c’est qu’il passe au 403e au moment de la création du régiment en mars 1915.  Il sera malheureusement gravement blessé le 19 mai 1915 dans les tranchées de Fricourt et décédera des suites de ses blessures le 3 juin 1915 à l’hôpital 5 bis d’Amiens.  Il est inhumé à Amiens en la Nécropole Nationale St Acheul – Tb 1501

La famille de Joseph n’a pas été épargnée par la guerre. En effet son jeune frère Alfred, qui servait au 160e RI,  disparu le 11/05/1915 dans le Pas-de-Calais, aux combats de La Targette (Neuville-St Vaast) – Il avait 24 ans.

Quant à un autre ses frères, Joseph, Léon caporal au 24e RI,  il a été, par erreur, déclaré mort au combat le 4/07/1916. En réalité il fut fait prisonnier ce jour-là et interné en Allemagne. A Friedberg d’abord, à Darmstadt ensuite. Il a heureusement retrouvé ses foyers fin 1918 et a fait l’objet de deux citations, une à l’ordre du Régiment en 1915 et l’autre à l’ordre de la Division en 1916 et a été décoré de la Croix de guerre avec étoile d’argent.

Saint-Marcoult (Belgique)

Dans un petit village du Tournaisis (Saint-Marcoult – entité de Silly) un monument a été érigé en hommage aux habitants et aux membres de l’Armée Secrète de Saint-Marcoult. On peut y lire :

En témoignage de reconnaissance aux habitants, aux membres de l’A.S de Saint-Marcoult dont le silence et l’aide effective permirent à l’armée secrète la réalisation de sa mission. 1940-1944

Sur la porte de l’église, un écriteau rappelle les faits en ces termes :

Saint-Marcoult : haut lieu de la résistance durant la seconde guerre mondiale. Dès 1943, la « Commission de parachutage de l’Armée Secrète » avait proposé à Londres la plaine de Saint-Marcoult comme site potentiel. La proximité du champ d’aviation de Chièvres avait d’abord suscité des objections de la part de la R.A.F (Royal Air Force : force aérienne britannique), mais ces réticences seront surmontées. Du 15 mars au 10 septembre 1944, 10 opérations de parachutage auront lieu amenant près de 40 tonnes d’armes, munitions, explosifs et matériel divers.

Dans la chapelle au pied de laquelle est érigé le monument,  l’Historial « MaquiStory » est installé qui permet de découvrir l’histoire des résistants.

A noter que le Syndicat d’initiative de Silly , a créé une promenade dite  « Promenade du Maquis de Saint-Marcoult « . (Pour les visites de l’Historial se renseigner auprès du Syndicat d’initiative)

Dominick G. Gatto – 47th Regiment – 9th Infantry Division

Sur la N596, peu après le village de Grandrieu (direction Beaumont), une stèle rappelle qu’à cet endroit, un jeune soldat américain de 21 ans a donné sa vie pour la libération de notre pays. C’était le 3 septembre 1944.

Dominick Gatto était, au volant d’une jeep, en reconnaissance avec sa section lorsqu’ils ont été pris sous le feu de l’artillerie allemande. Il fut tué sur le coup et ses compagnons survivants forcés à la retraite pour trouver un abri.

Dans l’après-midi, le régiment fut informé que le corps du jeune soldat avait été transporté dans le village de Leugnies où l’on lui rendit les honneurs. Ses funérailles eurent lieu le lendemain en présence de tout le village.

Vous trouverez plus d’information concernant l’histoire de ce soldat à cette adresse : Dominick Gatto death and funeral